Actu-infos

Actu-infos

La leçon d’un adultère

Il est écrit quelque part dans les Saintes écritures  que : « tu ne convoitera point la femme de ton prochain ». Ce commandement divin semble ne pas trouver écho auprès des mortels que nous sommes. C’est à croire que l’homme dispose d’une prédilection vis-à-vis de tout ce qui lui est proscrit. Ainsi, face à certaines situations, il ne peut faire abstraction et savoir raison garder. Peut-être que c’est pour cela qu’on le qualifie d’éternel insatisfait. A force d’avoir un penchant pour ce qui est proscrit on finit toujours par subir les conséquences les plus fâcheuses.

Le fait du jour porte sur ces espèces d’obsédés qui ne peuvent se contenir et qui ont toujours un penchant pour ce qui ne leur appartient pas. Prenons donc garde afin de ne pas vivre la mésaventure de Marc !

Gestionnaire de stocks dans une entreprise de la place, Marc, est marié et père d’un jeune garçon de 10 ans. Bon père de famille, il veille très bien sur sa petite famille. Aux yeux de ses proches et connaissances, Marc apparaissait  comme un mari et père exemplaire. Le hic est que notre bonhomme habitait dans une cour commune ce que l’on appelle généralement « célibatérium », or dans cette même cour habitait un jeune couple dont le mari était infirmier de profession. Ainsi, notre « mari exemplaire », en réalité nourrissait un dessein abject. Comprenez tout simplement que Marc avait des vues sur la séduisante jeune épouse de son voisin infirmier. Souvent, la vie en communauté exige un certain nombre de règles de comportements qu’il sied toujours de respecter. Aussi, l’épouse de notre jeune infirmier inconsciemment réveillait les sens de Marc par son habillement et à chaque fois celui-ci ne manquait pas de lui faire des compliments sur sa toilette. Ainsi, une sorte de complicité naquît entre eux et la femme de l’infirmier, en l’absence de son mari, de temps en temps demandait à Marc de lui rendre des petits services. Cette complicité devint profonde si bien qu’elle se transforma en amourette. Et nos deux tourtereaux de circonstance se retrouvaient à l’insu qui de sa femme, qui de son mari dans les endroits peu recommandables. Comble d’insolence ! Lorsque l’infirmier allait à sa garde, Marc se faufilait dans sa chambre. Mais comme tout ce qui se fait en cachette finit par se savoir, le couple infidèle fut découvert par un voisin. Celui-ci avertit donc l’infirmier qui douta un peu de l’information. Manifestement, l’infirmier n’avait aucune raison de douter de la fidélité de son épouse tant celle-ci était parfaite à ses yeux. Néanmoins, il décida d’avoir un œil sur elle épiant ses faits et gestes et ses moindres déplacements mais ne trouva rien à redire. Cependant, un jour, l’infirmier prétexta, une garde à l’hôpital, il s’en alla faire le guet derrière sa fenêtre. Ainsi, il put observer Marc entrant dans sa maison peu de temps après son départ. Soigneusement, l’infirmier alla réveiller le voisin qui lui avait rapporté l’information. Ils prirent donc garde devant la porte de l’infirmier attendant la sortie de Marc. Au environ de 4 heures du matin,  ce dernier lorsqu’il voulut sortir eut la désagréable surprise de se retrouver nez à nez avec l’infirmier et le voisin, il fut rapidement appréhender dans sa tentative désespérée de fuite. L’infirmier décida de ne lui infliger aucun sévice corporel. Il se résolut tout simplement de lui infliger la honte de sa vie en le ligotant tout nu à un arbre dans la rue. Le quartier tout entier fut surpris le lendemain de voir Marc, le mari et père « exemplaire » ligoté tout nu à un arbre.

Après information les uns et les autres sûrent donc dans quel pétrin Marc s’était embourbé et reconnurent qu’il méritait son sort. Comme on le dit généralement c’est l’homme qui est le plus souvent à l’origine de son malheur. A bon entendeur… !

 

Par G. Maurice BELEMNABA

        



10/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres