Actu-infos

Actu-infos

DEFAITE DES ETALONS DU BURKINA: La lecture des journalistes sportifs

Comme on le sait, les Etalons du Burkina ont raté leur entrée dans cette 28e Coupe d’Afrique des nations Gabon-Guinée équatoriale 2012, en s’inclinant sur le score de 2 buts à 1. Une défaite qui vient certainement compliquer les chances de qualification du Onze national. Mais quelles ont été les causes de cet échec ?

Des journalistes sportifs présents sur place à Malabo vous donnent leur lecture. Lisez plutôt !

 

Salifou Guigma, Horizon FM


« Nous avons beaucoup balbutié en défense »
Beaucoup de choses n’ont pas marché. D’abord une défense qui n’est pas du tout stable. Nous avons beaucoup balbutié en défense, notamment sur les premières relances. Il y a des erreurs à ne pas commettre à ce niveau de la compétition. Nous les avons faites et nous les avons payées cash. Secondo, il y a eu une erreur de coaching. C’est vrai qu’à un moment donné, lorsqu’on était mené un but à zéro, l’équipe était en train de courir derrière ce but. Et pour Duarté, il fallait prendre des risques. Je suis d’accord pour les risques, cela existe en football. Oui pour le remplacement, mais non pour celui qui remplace Rouamba, c’est-à-dire Aristide Bancé qui a montré beaucoup de limites dans son jeu. Il a même tiré l’équipe vers le bas, plutôt que de lui donner un autre souffle. Il nous a aussi manqué le mental de la gagne. Les grandes équipes sont celles qui savent réagir quand elles sont dos au mur, notamment quand elles courent après un but. Il fallait avoir les ressources mentales nécessaires pour réagir, mais nous ne l’avons pas fait. Justement parce qu’il n’y avait pas de coordination entre le milieu et l’attaque. Dagano recevait les ballons, il les contrôlait, il faisait cinq mètres et il retournait encore dans son camp. Pour quelqu’un comme lui qui joue dos au but c’est difficile. Donc il n’a pas été aidé.

 

Kader Traoré, L’Observateur Paalga


« Tout était réuni pour qu’on ne gagne pas ce match »
Ce qui nous a manqué au cours de ce match, c’est l’envie de gagner, la détermination et la motivation que nous avons toujours affichées lors de nos différentes confrontations. Au cours de ce match, j’ai constaté une cassure au sein de l’équipe, entre l’attaque et la défense. Les joueurs ne semblaient pas prêts à se battre pour que nous gagnions. Nous avons d’abord pris le premier but qui est venu d’une erreur de notre part. Nous avions le ballon, nous le perdons et nous prenons un but. Le deuxième but est le même scénario. Nous étions menés, mais nous n’avons pas senti l’équipe poussée vers l’avant pour chercher à égaliser. Les joueurs sont un peu laxistes, aucun mouvement vers l’avant, ce ne sont que des balles balancées. Au finish c’était difficile pour nous de gagner. Quand on ajoute à cela la disposition de l’équipe de l’entraîneur (Paulo Duarté, ndlr), on se rend compte qu’il était difficile de gagner. Les changements n’ont pas porté ; finalement, tout était réuni pour qu’on ne gagne pas ce match.

 

Jacques Théodore Balima, Fasozine


« Face à la Côte d’Ivoire, même si nous ne faisons pas erreurs, c’est sûr qu’ils chercheront à marquer »
C’est l’un des meilleurs matches de cette génération depuis que nous avons commencé à les suivre. Mais, il y a eu deux erreurs défensives et deux buts. Nous sommes dans une compétition de haut niveau où il y a de grands joueurs. Nous avons vu des joueurs qui ont flotté alors qu’ils étaient pratiquement les piliers de l’équipe ; je parle beaucoup plus de l’attaque qui a été très faible et qui a manqué de précision. En plus de cela, il y a eu des erreurs de coaching par le remplacement. Peut-être que l’entraîneur ne savait pas que le joueur n’allait pas se retrouver dans le match. Donc cela a réduit considérablement les forces, les capacités et les potentialités des Etalons. Malheureusement ce qui est arrivé est déplorable.

 

Moussavou Hamidou Billa, Canal 3


« Les joueurs ne se sont pas encore rendu compte que la CAN, c’est le haut niveau »
Ce qui a manqué à l’équipe, c’est la concentration. Les joueurs ne se sont pas encore rendu compte que quand on vient à une CAN, c’est le haut niveau. Ce sont les 16 meilleures équipes du moment qui s’y retrouvent. De la défense jusqu’en attaque, il y a eu un problème de concentration qui n’a pas permis aux joueurs de développer tranquillement leur jeu. Ensuite, je parlerai d’un problème de coaching. Il est inadmissible qu’on joue aujourd’hui avec trois milieux récupérateurs autour de deux joueurs techniques comme Pitroïpa et Alain Traoré. Là, le coach n’a pas su faire correctement son travail. Maintenant, sortir un joueur comme Florent Rouamba qui était l’âme du milieu de terrain pour faire entrer Bancé sur le côté alors qu’il ne doit pas jouer sur le côté, je pense que tout cela a permis aux Angolais de revenir. Toute l’équipe a peiné, a péché ainsi que le coach. C’est surtout un problème de concentration qui ne nous a pas permis de gagner ce match face à l’Angola.











25/01/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres